Imprimer

Publications

Libre accès aux publications de la recherche : la nécessité d’un dialogue concerté

Communiqué de presse, Paris, le 04/02/2015

La mise en œuvre du libre accès aux publications de la recherche est susceptible d’avoir des conséquences importantes, d’ordre politique, économique et juridique. Son développement impacte, en effet, directement les activités de l’ensemble des acteurs travaillant à la production, à la diffusion et à la valorisation des livres et revues scientifiques.

Le libre accès donne donc lieu à des appréciations différentes non seulement entre institutions de recherche et maisons d’édition, mais aussi au sein même du monde de la recherche. C’est pourquoi le GFII a créé, depuis plusieurs années, un groupe de travail* dédié spécifiquement à cette problématique.

Les conclusions des travaux de ce groupe insistent notamment sur la nécessité de raisonner par discipline ou par ensemble de disciplines. Chaque discipline ou chaque ensemble de disciplines dispose, en effet, de spécificités (caractère plus ou moins structuré des communautés de chercheurs, caractère plus ou moins international des objets de recherche, durée de vie des publications, pratiques de communication scientifique, etc.). Il convient évidemment que les modalités de diffusion de l’information scientifique et technique tiennent compte de ces particularités.

Le groupe a rédigé une synthèse sur le sujet, qui se conclut par les recommandations suivantes :

A propos de la recommandation européenne du 17 juillet 2012 sur l’Open Access, incitant les Etats membres à prendre les dispositions nécessaires pour diffuser en libre accès, dans les meilleurs délais, les publications issues de la recherche financée sur fonds publics, le groupe de travail du GFII avait fait connaître ses réserves par un communiqué en date du 11 janvier 2013, insistant sur la nécessité d’engager au préalable une étude d’impact indépendante visant à répondre aux questions suivantes :

?Une étude, dont les résultats devraient être communiqués dans les mois à venir, a depuis été lancée, à ce sujet, par le Ministère de la Recherche.

Le groupe de travail du GFII a, par ailleurs, accueilli avec satisfaction le discours du 25 janvier 2013 de Madame la Ministre Geneviève Fioraso, dans lequel celle-ci réaffirmait son soutien au principe de l’Open Access, tout en insistant sur la nécessité de mettre en œuvre celui-ci différemment selon les disciplines.

Le groupe recommande donc de prendre particulièrement en considération les points suivants pour l’orientation des politiques publiques à venir :

En conclusion, le groupe GFII souligne la nécessité du dialogue concerté et régulier entre toutes les parties concernées par la problématique du libre accès.

*Le GFII anime depuis 2007 un groupe de travail consacré au libre accès qui réunit des représentants des principaux acteurs concernés par ce sujet : instituts de recherche, éditeurs scientifiques, agrégateurs, plateformes de revues, agences d’abonnements, bibliothèques universitaires, etc. Grâce à la diversité des acteurs représentés dans ce groupe, celui-ci est devenu un lieu unique de rencontre et de discussion entre les différents membres de l’écosystème éditorial. Il s’agit donc d’un groupe ouvert donc l’objectif consiste à la fois à améliorer les modalités de travail des chercheurs, à améliorer les pratiques et à contribuer à la meilleure compétitivité des acteurs français.