Imprimer

Publications

Le GFII salue l’ouverture de data.gouv.fr

16 Décembre 2011

Le GFII agit depuis 1997 auprès de la Commission européenne et des pouvoirs publics français pour favoriser l’accès aux données publiques et leur réutilisation. Il salue la mise en ligne du site data.gouv.fr et la dynamique impulsée par Etalab. D’autres initiatives devront être prises pour développer le marché de la réutilisation professionnelle des données publiques.

Les informations publiques constituent une opportunité sans équivalent pour concevoir des produits ou services à valeur ajoutée, promouvoir de nouveaux usages et susciter ainsi la création de nouvelles activités économiques. La capacité de réutiliser des contenus produits par les administrations est un moteur d'innovation technologique, favorisant l'apparition de nouveaux acteurs économiques et le développement de l’économie de la connaissance en France.

Les acteurs, publics et privés du GFII, ont développé depuis plusieurs années un vrai marché à partir de la réutilisation des données publiques  dans les domaines de l’information juridique, information sur les entreprises, information environnementale, information statistique, information brevet, données culturelles… 

Le GFII souhaite saluer le travail des équipes d’Etalab qui ont, dans des délais courts, tenu leurs engagements et rendu accessibles plus de 300 000 jeux de données sur le site data.gouv.fr. Ce succès s’explique par une volonté forte d’associer  l’ensemble des acteurs concernés et les organismes publics. C’est la même philosophie qui anime les travaux que le GFII mène en la matière depuis près de 15 ans. 

Le grand nombre de producteurs et la richesse de l’information, la participation d’autorités administratives, d’établissements publics, d’organismes culturels et de collectivités territoriales sont des facteurs très prometteurs. La mise à disposition gratuite de ces données dans des formats accessibles est un facteur déterminant pour le développement de la réutilisation par un nombre encore plus grand de nouveaux opérateurs. 

 

Le GFII rappelle les attentes des professionnels… 

Pour le GFII, ce mouvement d’ouverture doit s’inscrire dans la durée. La qualité des informations est la base du processus de création de valeur. Elle suppose continuité dans la création, intégrité et interopérabilité, afin que des services pérennes puissent se développer à partir d’informations publiques.

Pour permettre la création de services à haute valeur ajoutée, il faut aussi que ces données soient disponibles en flux continu, sous des formats standards, documentés et ouverts, avec des métadonnées complètes.  Connaissant les coûts nécessaires pour mettre à disposition des flux volumineux, le GFII n’est pas opposé à une tarification raisonnable de ces données, lorsque cela est justifié.

 

… et se félicite de l’initiative Data Connexions

Le lancement réussi de data.gouv.fr ne doit pas faire oublier que l’Open Data a besoin, pour se développer, de réutilisateurs et de projets. En plus des initiatives qu’il porte déjà, le GFII soutiendra donc le projet « Data Connexions » initié par Etalab afin de permettre à de nouveaux opérateurs économiques de voir le jour et de faire passer l’Open Data de la virtualité des intentions à la réalité des applications. C’est effectivement à cette seule condition que les informations publiques deviendront véritablement source de richesse, d’innovations et de créations d’emplois. 

La mise en ligne de data.gouv.fr représente une première étape. La Commission européenne, en proposant cette semaine une évolution significative de la directive sur la réutilisation des informations issues du secteur public, ouvre de nouvelles perspectives. Le GFII enrichira le débat dans les prochaines semaines  par des propositions concrètes de nature à favoriser le développement d’une industrie numérique professionnelle.

 

A propos du GFII

Le  GFII  est une association professionnelle qui regroupe les principaux acteurs publics et privés du marché de l’information et de la connaissance : producteurs d’information, éditeurs, serveurs, intermédiaires, diffuseurs d’information, prestataires, éditeurs de logiciels, bibliothèques et organismes acheteurs d’information.

Le GFII s’investit depuis de nombreuses années sur le sujet de la réutilisation des données publiques. L'association a notamment participé aux travaux de rédaction de la directive européenne. A l’initiative du GFII, les associations françaises du secteur de l’information ont alimenté la réflexion sur la transposition française avec des propositions concrètes. Le GFII participe activement aux réunions du Conseil d’Orientation de l’Edition Publique et de l’Information Administrative et du réseau européen  ePSIplus. L’association travaille également avec la CADA, l’APIE et la Commission européenne.

Le groupe de travail Données publiques rassemble les principaux acteurs économiques concernés : acteurs publics et privés dans tous les secteurs de l'information (juridique, géographique, propriété industrielle, informations sur les entreprises, territoriale, environnementale, scientifique…), mais aussi tous les acteurs de la chaîne de l'information : producteurs d'information, réutilisateurs publics et privés, éditeurs de logiciels qui permettent de valoriser cette information, utilisateurs en entreprises, chercheurs…

Ce groupe est un lieu de débat et d’échanges qui favorise les synergies entre les différents acteurs afin de favoriser une meilleure réutilisation des très nombreux gisements d’informations publiques et ainsi contribuer de manière dynamique au développement de l’économie de la connaissance.

 

Les membres du GFII : 

ABES, ACFCI, AFNOR, AFP, Altarès, AMI Software, Ancestry, Argus de la Presse, Armand Colin, ATOS Worldline,  Banque de France, Bibliothèque Cujas, Bibliothèque de l’Université Paris Descartes, Bibliothèque Publique d’Information, Bilans Service, BNF, BNP Paribas, Bretagne Développement Innovation, Bureau van Dijk Ingénieurs Conseils, Bureau van Dijk Information Management, Cabinet Alain Bensoussan,  Cabinet Thibault du Manoir de Juaye, Cabinet Guy Lambot, CAIRN,  Capadoc, Caisse des dépôts et consignations, CCI de Paris, CEA, CEDOCAR, Cedrom-SNi, CEMAGREF, CHD Expert, CIRAD, CNRS, Coface, Coface Services, Conseil Général du Val de Marne, Crédit Agricole SA,  Danone Research, Decitre, Digimind, DILA, Dow Jones, EADS France Innovation Works, Ebsco Information Services, Editions Francis Lefebvre, Editions Législatives, EDP Sciences, Electre, Elsevier, ENSSIB, FNSP, GDF, Groupe Moniteur, HBS Research, Help Management, HEC, IFP, IGN, INPI, INRA, INRIA, INSEE, INSERM, Institut Pasteur / Médiathèque Scientifique, INTD-Cnam, Intellixir, IRSN, Jamespot, JLB Informatique, Jouve, Kantar Media, KB CRAWL SAS, Kiolis, Lavoisier, Lexis Nexis, Magillem Design Services, Mémopage, Ministère de l’Ecologie et du développement durable, Musée du CNAM, MV Etudes et Conseil, NotreFamille.com, Office International de l’Eau, Orange Business Services, OTEN, Pages Jaunes Groupe, Pikko, Prénax, Proquest, Questel, Qwam Content Intelligence, Report Linker, Séance Publique, Serda, Sindup, Social Computing, SOFIA, Springer, SVP, Swets, Temis, Thomson Scientific, Total, Transpacités, TSP-Diffusion, Université de Marne-la-Vallée, URFIST, ViaSema, Viavoo, Vidal, Whatever, Wolters Kluwer France, Yoolink.