Imprimer

(20/03/2012)

L’ American Chemical Society (ACS, www.acs.org) vient de publier ses comptes pour l’année 2011. Ces résultats sont toujours très attendus dans la mesure où l’ACS est mondialement la plus riche des sociétés savantes. L’an dernier l’ACS a enregistré 458,7 M$ (366,8 M€) de revenus, en légère baisse par rapport à 2010. Les services d’information en ligne (bases de données Chemical Abstracts, revues publiées par l’ACS, serveur STN International, etc.) ont généré l’an dernier 403,8 M$ (309,3 M€) en croissance de 3,4% sur 2010. Ces services en ligne ont généré 83,6% des revenus de l’ACS. Les produits imprimés (essentiellement des revues) n’ont plus qu’un rôle résiduel, générant l’an dernier 10,3 M$ de revenus (7,9 M€) en baisse de 28%. Ces « print products » ne représentent plus que 2,1% du revenu consolidé. Les cotisations des membres se sont élevées à 12,3 M$ (9,4 M€) soit 2,5% des recettes. Les revenus d’investissements sont désormais la seconde source de revenu de l’ACS, avec 26,5 M$ (5,5% du revenu total) de recettes. L’ACS dispose d’une « cagnotte » de 864 M$ (661,8 M€) placée pour 40% en fonds obligataires et pour 60% en actions et fonds communs de placement. L’ACS qui visiblement répartit ses avoirs en investisseur avisé détient même 89 M$ de placement dans des « hedge funds » (fonds d’investissement à risque). Comme chaque année l’importance de ce trésor de guerre retient l’attention : quelle est la finalité de cette thésaurisation ? Aucun éditeur scientifique « for profit » ne dispose de telles réserves financières.  Pourtant  l’excédent d’exploitation (20,2 M$, 5,5% du CA) est modeste, l’ACS finançant de nombreuses initiatives « not for profit ». Pour les seules activités de production et de diffusion d’information, l’ACS affiche cependant un taux de marge opérationnelle de 14,4% sur CA. L’ACS n’est toutefois pas la seule société savante à avoir accumulé sur de nombreuses années un trésor de guerre.  Une autre très grande société savante américaine, l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers, www.ieee.org) dispose d’une cagnotte de 346,5 M$ (265,3 M€, données 2010) qui lui a rapporté 25 M$ (19,15 M€) de revenus financiers.

Source : Information issue du GFII 360, le fil d'actualité sur le marché de l'information et la connaissance alimenté par Michel Vajou sur AMICO, le réseau social du GFII réservé aux membres
Action : Marchés et modèles économiques